Suivez Krystal sur facebook

Au travers de l'Histw'Art

Ces horribles bébés !

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi diantre les bébés de la Renaissance étaient aussi moches ? Après tout, cette époque était l'âge glorieux du réalisme balbutiant : on découvrait les lois de la perspective et Leonard de Vinci, en fréquentant les morgues, a laissé les premières études d'anatomie artistique de l'Histoire. 
Mais en observant les horribles bébés des productions picturales, on en vient à se demander ce qu'avaient donc en tête les Renaissants pour maltraiter ainsi l'image de leurs bambins !


 bébé moche 1


 Pourtant, les madones, sur ces tableaux, semblent regarder leur enfançon comme si de rien n'était.


Enfant moche 2


Il y a parfois même chaleur et amour dans leur comportement. Ce qui, en étant tout à fait sincère, me semble relever parfois de l'exploit...


bébé moche 3


Cependant, il y a une explication à cela :
Une grande partie des peintures de cette époque est tournée vers l'art religieux.
Or, comme il s'agit ici de la Madone (nom habituel de la Vierge à l'Enfant), l'enfant, c'est le Christ, une des trois hypostases de Dieu. Donc, immuable : impossible pour Dieu de changer dans le temps, n'est-ce pas ? Sans quoi, celui qui naît, grandit, mûrit, doit également mourir. C'est d'une logique implacable.
Alors pour suggérer qu'il n'y a pas de vieillissement, puisque pas de mort en fin de course, il fallait bien que la tête du Christ nouveau-né soit pareille à celle d'un homme mature. Quand il ne s'agit pas de représenter sa sagesse précoce en le transformant carrément en petit vieillard grisâtre. C'est d'ailleurs ainsi qu'il est désigné : le puer senex (l'enfant vieillard).



puer senex
(Cimabue, La Vierge et l'Enfant)


Et c'est probablement aussi la raison qui explique que Jésus soit parfois afflublé de biceps et pectoraux qui feraient pâlir les abonnés au club de fitness du quartier.




Heureusement pour nous, il y a eu une franche évolution sur le sujet... Et les bébés (divins ou pas) ont fini par être représentés avec justesse et tendresse. Mais... beaucoup beaucoup plus tard...



--pour creuser le sujet--
Marie-France Morel, historienne, a écrit un ouvrage consacré à la représentation de l'enfant dans l'histoire de l'art.
Les bébés les plus laids, étranges, ou drôles de l'histoire de la peinture, resensés par deux amateurs.

Nota Bene : cet article souffre hélas de quelques lacunes car je n'ai pas trouvé toutes les références concernant les peintures (nom du peintre et titre de l'oeuvre). Les images sont puisées sur différentes sources Internet, mais principalement le tumblr mentionné ci-dessus.

Publié le 27/05/2018 dans Humour

Tags : Au travers de l'Histw'Art

Partager cet article sur facebook

En hommage à Bouguereau

Vers la fin du livre Toi Lumière de ma Nuit, écrit sous la superbe plume de Christian Grenier, j'ai réalisé une peinture qui devait célébrer l'amour absolu d'Onir et de Selna, réunis après une longue errance physique et psychologique du protagoniste.

onir et selna
À l'origine de cette peinture, encore à la phase des premiers croquis, je songeais à ce que je voulais transmettre : amour fusionnel et ravissement. L'un semble être le gouvernail de l'autre, dont les ailes le portent dans l'éther. Par cet échange, je souhaitais suggérer qu'ils étaient redevenus indispensables l'un à l'autre, unis comme les faces d'un même médaillon.

C'est alors que j'ai pensé à la célèbre peinture de Bouguereau, l'Enlèvement de Psyché.
William Bouguereau (1825-1905) est un de mes peintres préférés et a beaucoup marqué mon adolescence. C'est pourquoi j'ai décidé que ma peinture lui serait un hommage ouvert en m'appuyant, à tout le moins, sur une palette et un esprit semblables :


 


psyche
(l'Enlèvement de Psyché, William Bouguereau)



Dans mes livres, il m'est arrivé de faire quelques fois, quoique rarement, ce genre d'hommage à des peintres ou illustrateurs. Et le cas échéant, j'en fais mention (en fin du livre ou ailleurs) car il me semble important de tracer le lien de mémoire avec ceux qui nous ont façonnés et à qui nous devons ce que nous sommes.

Publié le 14/02/2018 dans Maîtres et Influences

Tags : les maîtres du passé réalisme imaginaire Toi Lumière de ma Nuit Au travers de l'Histw'Art

Partager cet article sur facebook